BLOG

Retour sur le Swiss Press Photo 2018

7 décembre 2018

Retour sur le Swiss Press Photo 2018

C’est en cette fin d’année que se tient la rétrospective 2018 de l’un des concours photo les plus réputés de Suisse: le Swiss Press Photo. Soutenu par l’organisation mondialement connue World Press Photo, cet événement promeut le développement du photojournalisme. Mais pas seulement: il met aussi en lumière l’importance de nombreux thèmes de société.

Origine et soutiens du Swiss Press Photo

La manifestation Swiss Press Photo s’est développée grâce au soutien d’un acteur spécifique: la Fondation Reinhardt von Graffenried. Elle est créée en 2009 par deux importants avocats et hommes d’affaires, Erwin Reinhardt et Charles von Graffenried. Depuis, elle récompense les performances de photos journalistiques sur tous types de sujets sociétaux.

Elle s’engage notamment à soutenir le journalisme et la photographie de presse. Son action constitue un moteur phare dans les médias imprimés et électroniques sur le territoire suisse. Elle est non lucrative et n’entretient d’attaches avec aucun éditeur. De plus, elle se veut parallèle à l’association et manifestation d’ampleur mondiale du World Press Photo. Grâce à elles, des photographes reporters sont mis en lumière.

L'édition 2018

En milieu d’année, les meilleures photographies de la presse suisse ont donc été récompensées dans six catégories différentes. Les catégories en question: Actualité, Reportages suisses, Vie quotidienne, Etranger, Sport et Portrait. Les critères sont bien évidemment nombreux pour espérer faire partie des journalistes reporters élus. Le concours est exclusivement journalistique. Cela implique que les photos présentées doivent avoir été publiées dans la presse (journal, magazine, site internet etc.) pendant l’année encore. En l’occurrence, il s’agit de l’année 2017 pour l’édition 2018 du concours.

En outre, elles doivent montrer un engagement, un réel parti pris artistique et sociétal du photojournaliste. Cet impératif se reflète d’abord dans les thèmes des photos. Parmi ceux-ci, on trouve l’augmentation du nombre de sans-abris, la persécution de minorités religieuses, la lutte contre la maladie… On compte également des thèmes très sensibles comme les abus sexuels ou encore la préservation de la planète. Toutefois, les critères techniques jouent aussi un rôle majeur dans la détermination des lauréats. Ils sont en effet directement vecteurs d’émotion chez le spectateur.

Cette année, le Château de Prangins, plus connu sous le nom de Musée National suisse, accueille la 27édition de l’exposition consacrée au Swiss Press Photo. Outre les travaux des lauréats, l’événement rassemble les meilleures photos de la presse suisse de l’année 2017 présentées au concours. Une sélection d’images à contempler sans réserve dans la ville de Prangins, dans le cadre d’une exposition temporaire du 3 novembre 2018 au 3 mars 2019.

Les lauréats 2018

Reto Oeschger remporte le premier prix dans la catégorie Actualité. A l’origine de cette victoire, le cliché «Die dunkle Seite des Jürg Jegge» («La face sombre de Jürg Jegge»). Enseignant reconnu et quasiment intouchable en Suisse, Jurg Jegge a en effet connu une foudroyante déchéance après la parution du livre «La face sombre de Jürg Jegge». Ecrit par l’un de ses anciens élèves, celui-ci dépeint les abus sexuels dont s’est rendu responsable le pédagogue sur ses jeunes protégés dans les années 70-80.

Nils Ackermann, déjà lauréat en 2015, remporte le premier prix de la catégorie Reportages Suisses grâce à un cliché de Pierre Maudet intitulé «Opération Valmy». L’image retrace sa campagne pour le Conseil Fédéral.

Dans la catégorie Vie Quotidienne, c’est Karin Hofer qui s’impose avec son cliché inattendu dépeignant la vie et le travail des vignerons. Son travail est d’ailleurs qualifié par le jury de «poésie dans la photographie de presse».

La palme de la catégorie Sport revient à Simon Tanner, notamment grâce à l’aspect particulièrement ludique de ses compositions photographiques liées au monde du Football.

La catégorie Etranger n’est pas en reste: Alex Kühni assied sa réputation grâce à une image des plus fortes, celle d’un sniper à Mossoul. Vibrant d’émotion, ce cliché très engagé rappelle que «l’art de la guerre n’est pas héroïque, mais sournois et lâche», commente le jury du concours Swiss Press Photo.

Enfin, c’est Guillaume Perret qui est primé dans la catégorie Portraits pour sa série «Daniela – La traversée du cancer». Le cancer peut être vaincu: c’est le message que transmet ce bouleversant hommage à la Neuchâteloise Daniela, qui montre sans fards son corps après la mastectomie et la chimiothérapie.

 

Pour plus d’informations sur la photographie et vidéo, n’hésitez pas à nous contacter.