BLOG

La photographie culinaire

1 août 2017

La photographie culinaire

Confitures de nos grands-mères, brioche encore chaude sortant du four, rumsteak cuit à point… Ces simples évocations suffisent à mettre tous nos sens en éveil.

Depuis toujours, la gastronomie et l’Art culinaire en général fascinent. Livres de cuisine, émissions de TV et radio, peintures, etc.; les supports mettant à l’honneur la cuisine et l’alimentation sont nombreux. Parmi eux, la photographie culinaire a su se faire une place de choix depuis quelques années. Cette discipline devenue incontournable demande réflexion, dans le sens artistique et technique. En effet, la  photographie culinaire est un exercice plastique particulier ayant ses propres codes stylistiques.

Entre réalité et mise en scène

La photo alimentaire est d’abord un jeu de mise en scène. L’image produite doit raconter une histoire, immerger le spectateur dans un océan de saveurs et de senteurs par le seul biais de la vue.

Pour cela, une réflexion autour du cadrage notamment va se mettre en place. Les accessoires, sélectionnés de manière à créer une identité visuelle cohérente, vont avoir un rôle important. Selon leur style (rustiques, minimalistes, etc.) et leurs couleurs, ils aideront à créer une ambiance, un univers.

Le décor et le fond auront aussi leur importance dans la composition. Le photographe, véritable metteur en scène, les utilisera afin de donner une atmosphère particulière. Par exemple, un fond de couleur froide pourra donner un sentiment de fraicheur aux aliments, quand un fond noir donnera de l’authenticité à la scène.

Afin de rendre le moment capté plus réaliste, le photographe culinaire peut aussi faire entrer dans le champ des mannequins (main, partie d’un bras, etc.) qui viendront créer une dynamique (souvent dans une diagonale) forte.

Tous ces éléments et procédés ont pour objectif premier de raconter une histoire, un tout, mais sans nuire au plat que l’on veut mettre en avant.

Les procédés techniques au service du met

Afin d’obtenir un rendu idéal mettant en avant les aliments, différents choix techniques sont possibles.

Tout d’abord, le photographe pourra jouer sur les lumières et les ombres. On favorisera le plus souvent une lumière de source naturelle pour shooter de la nourriture. De plus, en fonction du fond choisi, il peut être intéressant de pousser les contrastes, tout en gardant en tête que la scène doit être «plausible». Un réflecteur noir donnera ainsi de la profondeur et de l’intensité à votre tableau.
Il est également conseillé de s’interroger sur l’angle de vue en fonction du plat. Un met avec peu de hauteur, comme des pancakes, seront plus intéressants à shooter de haut, alors qu’un hamburger maison sera sublimé par une prise de vue de face, montrant les différents aliments qui le constituent.

Enfin, il ne faut pas oublier la post production qui pourra intervenir par la suite afin de travailler la luminosité, la vibrance ou encore la saturation et les blancs pour rendre ce met encore plus désirable.

Une chose est sure, l’Art de la photographie culinaire n’a pas fini de nous faire rêver…

Si vous souhaitez réaliser des clichés pour votre restaurant, de vos mets et préparations, n’hésitez pas à nous contacter.